Informations générals
Barranco del Infierno
Teide parc national
Teno montagne
Plages
Le nord de l'île
Hotel Bahia Principe
Météo et climat
Aéroports
D'autres infos
Location de voitures
Climat canarien
Mentions légales
Service scanne
Banniére

Barranco del Infierno - la plus belle chute d'eau de Ténérife

Scan-Service

Une des belles randonnées, qu'on peut faire á Ténérife, est une tour dans Barranco del Infierno. Il s'agit d'une ravine, á la pointe de laquelle tombe la plus grande chute d'eau de Ténérife dans la vallée. Cette randonnée est trés simple et même diversifiée. Elle dure aller et retour avec pauses entre 3-4 heures environ et posséde une durée d'environ 8 km. Non seulement sur l'allé mais aussi sur le chemin de retour on parcours un dénivellage d'environ 250.

Adeje et Barranco del Infierno se trouvent au sud-ouest de l île.

La tour commence dans le village Adeje, qui ne comporte que quelques milliers d'habitants, mais fortement en croissance. Selon le village s'appelle également la compléte partie côtière au dessous de Costa Adeje. Ici se trouve Playa de las Américas la plus convoitée des touristes. Le lieu Adeje est non seulement á atteindre avec le bus mais également avec la voiture. Dans la rue principale d'Adeje on trouve plusieurs petits Cafés et Bars, qui invitent á manger le Tapas. A partir d'Adeje indique plusieurs panneaux le célébre Barranco del Infierno. Si lointaine sera la rondonnée correspondante, on doit toujours escalader une impasse devenant abruptive; dans cette rue se trouve également plusieurs parking pour le visiteurs avec voitures. A la fin de cette rue se trouve un restaurant, á partir duquel débute le sentier de randonnée.

Sur la premiére partie du chemin on est exposé á une permanente irradiation de soleil.

Barranco del Infierno s'appelle d'ailleurs traduit la ravine infernale, mais on ne peut pas parler d'enfer. Le sentier de randonnée bien aménagé débute environ 200 m sur la ravine et il dirige vers le versant de la montagne sur le côté sud-ouest. Le chemin est simple á effectuer, car il a une largeur d'environ 1 m; dans les passages pentus il est sécurisé á travers des pieux en bois. Pendant la premiére heure on est exposé d'une maniére permanente au soleil; c'est pourquoi on doit bien s'encrémer avant la tour ou bien d'emmener avec un couvre-chef.

Le chemin se croît tout d'abord lentement plus qu'il ne se tombe vers le sol de la ravine. Plusieurs pointes de vue nous autorise une perspective profonde dans la ravine et nous offre la possibilité de se reposer. Parce qu'on est vraiment exposé au soleil, s'augmente le désir de pénétrer plus profondément dans la ravine, oú il y a des ombres et de l'air rafraîchissant.

Points de vue de la ravine á partir du chemin

Au début on ne posséde pas seulement une vue fascinante dans la ravine, mais aussi de l'extérieur de la vallée sur Adeje et la mer. On ne doit pas courir vers l'avant, mais de relancer l'un ou l'autre vue.

Il est fascinant, comment la falaise s'approche toujours du côté droit de la ravine. Finalement guide le sentier de randonnée une petite partie vers le bas, oú on arrive premiérement en contact avec le ruisseau de la ravine et on trouve l'ombre désiré.

Du sol de la ravine paraîssent les chaînes de montagnes á droite et á gauche gigantesques. On figure vraiment petit. Une information importante sera trouvée dans le sommet droit de l'image suivante: un gros trou posséde la pointe de montagne dedans. Sur cette partie du chemin on trouve aussi deux aqueducs, sur lesquels accéde un tyau d'eau. L'aquedec supérieur a un grand âge et sculpté du bois.

La derniére partie du chemin dans la pente du chemin plus on arrive vers le sol de la ravine

A la fin du sentier de randonnée on trouve pour la premiére fois une "vraie" place de repos, plus on vient dans les ombres de la chaîne de montagne. A partir de maintenant se modifie complétement le caractére du chemin. Pendant qu'on a jusqu'ici marché une pente montagneuse séche et presque sans végétation sur des larges secteurs de randonnées, on entre maintenant un environnement ripicole plein de plantes, qui est de quelques degrés plus froid qu'avant.

Bien odorants mûriers, plantes dans toutes les couleurs et des plantes grimpantes variées foisonnaient le chemin, de sorte qu'on parle tout simplement d'une piste battue Pendant que les plantes sauvages ne représentent aucun "danger" pour les enfants, on doit nous faire comme adulte assez petit, pour avancer.

Un dernier repos au dessous du soleil, plus il se poursuit dans le monde des plantes ombreux

Au début on traverse de temps en temps le ruisseau sur des petits ponts. Aprés un certain temps sont les ponts sur le ruisseau seulement constitués de grosses piérres. Plus on s'approche de la fin de la ravine, plus on côtoye le ruisseau, car le chemin disparaît tout simplement. On ne doit plus traverser le ruisseau, mais d'accomplir des parties complétes dans le ruisseau. Naturellement on trouve plusieurs morceaux de pierre dans le ruisseau, sur lesquels on peut maintenir ses chaussures secs - pourvu qu'on garde la balance.

Celui-lá est le ruisseau, n'est-ce pas? non - celui lá est le chemin!

Les broussailles sauvages n'est plus á gauche et á droite du ruisseau, mais également sur un seul côté. Une vue vers les sommets des montagnes n'est plus possible. On ne traverse plus encore des parties cheminales, car on est trés occupé avec le balancement. Je me souvient exactement, ce que m'a dit un randonneur complaisant, qu'il ne reste plus que 300 m jusqu'á la chute d'eau, mais pour ces 300 m j'ai nécessité un quart d'heure.

Sur la derníére partie s'augmente un peu le chemin plus on s'approche de la chute d'eau. Sur cette partie cheminale il est presque un tour de force, si on conserve des pieds secs. Egalement on doit de temps en temps empoigner avec les mains, c.á.d. se rattraper á la falaise, quand on traverse des gros obstacles. Dangereuse ne sera pas cette partie, on ne risque au plus, d'avoir des pieds humides á cause de l'eau chaude du ruisseau. L'image á droite montre une premiére chute d'eau sur le côté gauche du chemin; celui-lá n'est pas encore la vraie chute d'eau, sur laquelle on a attendu presque deux heures.

 Le trekking dans le ruisseau est un acte de petite balance

En plein été le ruisseau ne dirige aucun eau et il est presque un jeu d'enfant, d'atteindre la fin de la vallée. C'est pourquoi on ne voit qu'un léger dégouttement comme chute d'eau. En hiver ou quand il pleut, sera le chemin exigeant á travers le lit du ruisseau; au lieu de cela on trouve une somptueuse chute d'eau á la fin de la ravine.

La chute d'eau de trois niveaux á la fin de Barranco del Infierno

Finalement on atteind le petit plateau avec un petit bassin non profond, dans lequel se précipite la chute d'eau de Barranco del Infierno. Avec un respect complet on reste debout sur cette tâche, entourer des immenses rochers. On se trouve dans un endroit, qu'aucun rayon de soleil n'a encore atteint. Même en été á midi reste cet endroit ombragé. Les trois cascades de chute d'eau seront seulement vus, quand on aille vers l'arriére et on escalade une partie des rochers.

La tour autour de Barranco del Infierno est vraiment un des plus belles tours sur Ténérife. Elle est pour cela intéressante, car elle posséde deux caractéres totalement différents: en premier on parcours la grande partie du parcours sur une large randonnée dans des versants brutes sous un soleil brûlant; ensuite on partira tout au long du ruisseau dans des ravins ombragés jusqu'á la fin de la vallée. Lá-bas on sera récompensé avec une vue impressionante sur les grandes chutes d'eau de Ténérife. Même si l'un ou l'autre sera découragé de l'acte balançoire sur le lit du ruisseau, cette partie du chemin fait beaucoup plus de plaisir. Hors de recevoir des paires de chaussures humides, il ne peut rien nous arriver.

Retour vers la table de matiére Ténérife